ARCHIVES T BOY MAG

30 janvier 2006

LEO FTM 20ANS

LEO FTM 20ANS

Mon père, mon frère et l'Italie

Je suis en Italie depuis 2ans car mon père travaille ici et que j'ai voulu le suivre. J'ai toujours su que j'été "différent" des autres. Mon prénom de naissance c'est Léa, et déjà tout petit, vers 5ans je disais Léo. Si ma mère disait Léa je lui donnais des coups de pieds, j'étais très violant avec les personnes qui disaient que j'étais une fille! Je ne voulais pas m'habiller en fille, je mettais les fringues de mon frère, un an plus vieux que moi. Par chance il étais très mince et petit, on pouvait mettre la même taille. Il a toujours était génial avec moi, tout le temps ensemble, et j'étais son petit frère, il detestait les filles et moi aussi. On avait les même jouets, sinon je piquais ma crise, j'étais aux anges quand j'avais mes voitures de police! Une fois ma grand mère m'a offert une barbie pour mon anniversaire... Je suis parti la jeter dans le port ( j'était à Marseille à l'époque). Mon frère a voulu faire de la danse à 10ans, je me suis moqué de lui, et j'ai fait du foot. Et j'étais fan de l'équipe de l'O.M ! Mon père allait voir les matchs avec moi, j'adorais partager ca avec lui.

Vers mes 11ans j'ai volé une tondeuse à cheveux sur un marché... Je me suis installé dans le garage devant un miroir et je me suis tondu la tête, le résultat était "pleins de trous"! Ma mère a hurlé, mon père a rasé... Depuis j'ai toujours les cheveux très courts. J'ai eu une adolescence très mauvaise, j'ai fait pas mal de conneries, peut être pour montrer que j'étais là. J'étais dans une bande de garçons qui aimaient rester dans les rues de Marseille que d'aller à l'école. On picolait sur la plage... Puis j'ai vu un reportage à la tv sur des transsexuelles, y'avait un FtM et des MtF. J'avais 14ans à l'époque et c'est la première fois que j'entendais le mot trans, et que je voyais un FtM. Le lendemain j'ai dit à mes potes "Les mecs je suis pas fou! Je suis un mec dans un corps de femme, je suis trans!" J'étais carrement exité et eux sur le cul. J'ai eu le droit à pleins de questions... mes copains se sont renseignés pour moi (ils étaient plus vieux 17/18ans). J'en ai parlé à mon docteur, je voulais que ca reste secret, ne pas en parler à la famille. Elle m'a dit, "des filles qui ressemblent à des garçons j'en vois souvent, ca veut pas dire que t'es trans!". J'avais envie de la frapper... Je suis sorti très en colère, plus jamais j'ai été dans son cabinet!

Vers 15ans j'ai voulu le dire à ma mère. Elle comprenait pas pourquoi j'avais pas de petit copain. Je bandais ma poitrine avec des bandes en pharmacie que j'avais volé (j'étais un petit voleur c'est pas bien!). J'avais bourré une capote de coton aussi pour me faire un faux sexe dans mes pantalons! Et je me rasais le menton, je voulais des poils! Ma mère m'a souvent dit "Léa tu pourrais faire un effort quand même, tu ressembles pas à une fille comme ca, on va se moquer de toi!". J'ai jamais autant detesté ma mère... c'était au fond la seule personne à se moquer de moi! Les autres avaient l'habitude de me voir "en garçon". A la boulangerie c'était "bonjour jeune homme", les filles me souriaient...

Bref le jour même de mes 15ans, devant mon gâteau, devant mes bougies! Mon père a dit "Oublies pas de faire un voeu!". J'ai fait mon voeu devant tout le monde, mes parents, mon frère, mes grands parents, mon oncle et sa femme, ma cousine... "JE SUIS UN MEC ET JE VEUX QU'ON M'AIME COMME CA!". Ma mère était en colère! Elle a balancé à mon père "J'en ai marre de TA fille, fais quelque chose elle est folle!".

J'ai beaucoup pleuré, ma mère me croyait "folle". Pendant 1an après ca mon père a été très proche de moi. J'ai pu parler avec lui, expliquer mon mal être. "Je serai toujours là pour toi, je t'aiderai, tu seras heureux un jour, promis." J'ai vu un psy, mon père aussi... ma mère ne voulait pas en entendre parler! Mon père m'a toujours cru, n'a jamais douté. Il a parlé de moi au masculin, puis je suis devenu Léo à ses yeux, ainsi qu'aux yeux de mon frère. Il a voulu divorcé de ma mère, elle était méchante dans ses mots envers tout le monde. J'ai eu peur que c'était ma faute! Mon père m'a rassuré en me disant qu'il ne l'aimait plus depuis longtemps et qu'il voulait s'installer en Italie (son pays d'origine)pour travailler. J'allais avoir 18ans, je pouvais choisir de le suivre, chose que j'ai fait, mon frère aussi.

Il m'a payé la mammectomie, l'hysterectomie! Et mon avocat pour le changement d'état civil. Il a fait des crédits pour moi. Je ne sais pas comment lui dire merci, et aussi comment dire merci à mon frère!

Je suis un garçon heureux, je suis "né" réellement en Italie. Jamais je ne quitterai mon nouveau pays. Je travaille avec mon frère, il m'a trouvé du travail dans le restaurant où il bosse. J'ai une petite amie, depuis 1an! J'ai des amis FtM ici, une nouvelle famille.

J'ai eu une lettre de ma mère, 2ans sans nouvelles quand même. Au nom de "Léa"... une lettre où elle disait que jamais je ne serai un garçon! Jamais je ne serai son fils, que je serai toujour LEA. J'ai répondu à sa lettre, la dernière pour moi.


" Tu n'as jamais été une mère pour moi et tu ne le seras jamais, je ne dirai donc pas "maman". Tu ne fais plus partie de ma vie, Léa n'existe pas, c'est une image, si tu veux aimer une image, ce n'est pas mon problème. Je suis fier de moi, de mon parcours, de mon père, de mon frère, de mes amis, de ma vie et de ma petite amie! Je suis Léo, pour les personnes qui m'aiment et sur mes papiers! Tu as honte de moi, moi je n'ai pas honte de toi, j'ai pitié.

Tu fais un pas vers moi/elle, vers Léa, tu veux prendre ta fille dans tes bras... Mais Léo avait besoin de tes bras bien avant ca. Léo est heureux aujourd'hui, merci papa! Sans lui je serai "une folle", je serai "mortE". Ses bras sont là, comme toujours, je l'aime, il est mon père, il est ma mère. Toi tu n'es rien. Comme Léo n'est rien pour toi. La prochaine fois que je fairai un voeu devant des bougies, il sera pour toi. Pour cette femme qui rejete les gens, je demanderai de la tolérance, pour ces prochaines personnes qui croiseront ton chemin. Ouvre les yeux, ouvre ton coeur... pas pour moi, c'est trop tard, mais pour "eux"...

Je deteste Léa, elle a volé ma mère! Surement ma punition d'avoir était ce petit voleur de tondeuse et de bandages qui repasse...

LEO "

Posté par BabyKing à 15:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]